L’insolite maison des Caves Joyaux à Autun

La maison des Caves Joyaux fait partie du patrimoine insolite de la ville d'Autun.
Dessin de la maison des Caves Joyaux, d’après Jean Sébastien Adolphe Devoucoux, Joseph-Etienne de Fontenay, Autun archéologique, 1848, p. 125.

Près du théâtre antique de la ville d’Autun, se dresse une insolite maison du XIXe siècle, bien connue des habitants. Sa particularité ? Les gisants, les stèles funéraires et votives remployés dans les murs.

Une maison imaginée par Eugène Viollet-le-Duc

En 1845, Eugène Viollet-le-Duc, célèbre architecte français du XIXe siècle, est à Autun, à la demande de la Commission des Monuments historiques. Il a pour mission de restaurer la porte Saint-André qui perce l’enceinte romaine (Ier siècle de notre ère). Au même moment, le Comité d’antiquités d’Autun, société savante créée en 1820, mène des travaux archéologiques dans la ville, et notamment dans les nécropoles antiques situées à proximité.

Les découvertes archéologiques sont nombreuses et le besoin de construire un bâtiment pour les abriter pressant. Le Comité d’antiquités d’Autun, qui s’est donné pour mission de protéger les antiquités, souhaite que ce bâtiment s’élève à proximité du théâtre. C’est à Eugène Viollet-le-Duc qu’est confiée la tâche d’en dessiner les plans et l’élévation.

Le projet initial d’Eugène Viollet-le-Duc comprenait une maison pour le gardien du site et des hangars réservés au matériel archéologique. Finalement, seule la maison dite du gardien est construite entre 1845 et 1847, avec ses sculptures. Le comité d’Antiquités d’Autun souhaitait en faire un musée, mais un autre bâtiment, le musée lapidaire Saint-Nicolas, fut construit en 1861.

Bien que fermée au public, la maison des Caves Joyaux – Caves Joyaux étant la manière de désigner le site du théâtre antique – surplombe aujourd’hui encore les vestiges du théâtre.

Cette étrange et insolite maison est ornée de sculptures archéologiques.
La maison des Caves Joyaux à Autun (71), d’après ©Daniel Jolivet CC BY 2.0.

Que représentent les sculptures de cet édifice insolite ?

Les 27 sculptures qui ornent la maison sont issues des sites archéologiques d’Autun et de ses alentours. Des stèles votives dédiées au dieu Mercure sont identifiables.

La plupart des stèles funéraires datent du IIe siècle de notre ère. Des inscriptions en latin, effacées par le temps, les accompagnent. Les défunts présentent les attributs de la profession qu’ils exerçaient, comme par exemple Vossivs Crescens, un aubergiste (COPO).

Des gisants d’époque médiévale ornent également les façades de la maison. D’après le Comité d’antiquités d’Autun, un est celui d’une dame de La Trémouille et proviendrait du prieuré de Mesvres, près d’Autun ; un autre serait celui d’une dame de Glenne et proviendrait du cimetière de la commune de la Grande-Verrière, à l’est d’Autun.

Vous êtes propriétaire d’un lieu insolite que vous souhaitez faire connaître ? Contactez-nous.

Restons en Bourgogne pour explorer l’insolite château de Maulnes à Cruzy-le-Châtel (89).

Pour aller plus loin

  • Jean Sébastien Adolphe Devoucoux, Joseph-Etienne de Fontenay, Autun archéologique, 1848, p. 124-127.
  • Vivien Barrière, Les portes de l’enceinte antique d’Autun et leurs modèles (Gaule, Italie, provinces occidentales de l’Empire romain), Thèse de doctorat, Université de Bourgogne, 2012, p. 130-131, tel-01124095.
  • Vincent Merkenbreack, « Le plus ancien patron de bar d’Autun (Augustodunum) Vossivs Crescens », Cursus publicus, Association Human-Hist, 2018, p. 4-6, hal-02143881.
  • Emile Thevenot, « Le nom des Caves Joyaux à Autun », Revue internationale d’onomastique 2-1, 1950, p. 37-40,
  • Arnaud Timbert, Restaurer et bâtir. Viollet-le-Duc en Bourgogne, 2013, p. 195-197.*

Articles récents

* Enquêtes & énigmes est partenaire de Cultura.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

Commentaires fermés.