L’affaire du pain maudit de Pont-Saint-Esprit

Une affaire de pain empoisonné à Pont-Saint-Esprit durant l'été 1951.
L’affaire du pain de Pont-Saint-Esprit, photo Vi..Cult…, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons.

Les habitants de Pont-Saint-Esprit gardent un douloureux souvenir de l’été 1951. La population de cette tranquille petite commune du Gard fut en effet victime d’un empoisonnement. Retour sur cette affaire énigmatique.

Un mal étrange au cœur de l’affaire du pain maudit

Vomissements, douleurs gastriques et musculaires… En août 1951, une série de maux frappe subitement plusieurs habitants de Pont-Saint-Esprit. Certains se plaignent de fièvre et d’insomnie, d’autres sont victimes d’hallucinations.

Très vite les médecins pensent à une intoxication alimentaire. Cependant le mal persiste, et en quelques jours la commune décompte 5 à 7 morts ! On dénombre aussi une centaine d’intoxiqués, ainsi qu’une trentaine de personnes internées en hôpital psychiatrique.

Quelle est l’origine de ce mal ? Le pain du village. C’est ce que soupçonnent d’abord les médecins, puis les enquêteurs. En effet, toutes les victimes semblent avoir acheté leur pain dans la même boulangerie.

Deux hommes arrêtés

On suspecte alors dans la farine la présence d’ergot de seigle, un champignon hallucinogène. L’enquête conduit à l’arrestation de deux hommes, un meunier et un boulanger. Ils auraient volontairement utilisé de la farine de seigle avariée.

Deux laboratoires de Marseille, un de la police et un militaire, effectuent chacun des analyses toxicologiques, mais les résultats divergent. Le premier décèle de l’ergot de seigle alors que le second n’en trouve aucune trace. Faute de preuve recevable, les deux hommes recouvrent leur liberté.

Une affaire non élucidée

Qu’est-ce qui a empoisonné le pain du village ? Il pourrait s’agir d’agents conservateurs utilisés pour les grains, ou peut-être de moisissure dans les silos. À moins qu’un composé chimique pour le blanchiment de la farine soit responsable. Les propositions sont nombreuses, mais aucune n’est assez solide pour classer cette affaire.

Hank P. Albarelli Jr, journaliste américain qui a mené une enquête sur les agissements de la CIA dans les années 1950, a soulevé une toute autre hypothèse. Selon lui, l’agence de renseignement américaine aurait volontairement pulvérisé du LSD sur les habitants de Pont-Saint-Esprit. Pour quelle raison ? Tester une substance hallucinogène comme arme de guerre en contexte de guerre froide.

Les énigmes historiques à résoudre vous passionnent ? D’autres affaires énigmatiques sont à lire sur le blog d’Enquêtes & énigmes.

Pour aller plus loin

Articles récents

Partager cet article sur les réseaux sociaux

Commentaires fermés.