La mystérieuse « femme sauvage » des Pyrénées

Partager
Une mystérieuse jeune femme découverte dans les Pyrénées au début du XIXe siècle. Histoire énigmatique de celle qui vivait parmi les ours.
Illustration extraite du roman inspiré de l’affaire : Charles Doris, Vie et fin déplorable de Mme de Budoy, trouvée, en janvier 1814, entièrement nue et vivante sur les hautes montagnes du canton de Vicdessos…, Paris, 1817.

Les habitants de la vallée du Vicdessos, dans l’Ariège, connaissent bien l’histoire de cette mystérieuse jeune femme. La légende raconte qu’elle vivait parmi les ours.

Une mystérieuse femme capturée dans les montagnes

C’est en 1807 que des chasseurs repérèrent cette femme qui se déplaçait agilement dans les montagnes, avec pour seule parure sa longue chevelure. Vraisemblablement âgée d’une trentaine d’années, elle semblait vivre seule. Elle prenait la fuite dès que quiconque tentait de l’approcher. Personne ne savait qui elle était.

Finalement, on parvient à s’emparer de la mystérieuse inconnue. Recueillie au presbytère du village de Suc, la jeune captive reçut des soins. Le curé affirma même avoir échangé quelques mots avec elle. Selon lui, elle s’exprimait parfaitement en français, fait surprenant dans ce milieu ariégeois où on ne parlait qu’occitan. Le prêtre remarqua également son esprit cultivé. Il fut certain d’avoir à faire à une dame de la noblesse.

De multiples évasions

Cependant la jeune femme pris la fuite. On a dit qu’elle était retournée vivre parmi les ours. Pour son plus grand malheur, elle fut capturée à nouveau et se retrouva cette fois en prison au château de Foix. Lorsqu’elle tomba malade, on daigna la confier à l’hospice de Foix, afin qu’elle y reçoive les soins nécessaires. Elle en profita pour s’échapper à nouveau.

Capturée une troisième et dernière fois, on l’emprisonna dans la tour ronde du château de Foix. Elle y mourut dans son cachot en octobre 1808.

Qui était cette femme mystérieuse ?

En 1995, Christian Bernadac fut parmi les premiers écrivains à lui consacrer un essai historique intitulé La femme nue des Pyrénées.

René-Jean Pagès, quant à lui, dédia à la jeune femme une enquête qu’il mena durant 25 ans. L’auteur, qui a étudié différentes archives, a pu reconstituer une partie de son histoire. Selon lui, elle et son époux se seraient réfugiés en Espagne en 1793, au moment de la Terreur. En 1801, décidé à revenir en France, le couple aurait fait une mauvaise rencontre sur la route. Le mari aurait été tué, ce qui obligea la jeune femme à se cacher dans les montagnes, où elle aurait vécu jusqu’à sa découverte en 1807.

Son identité n’a jamais été établie.

Retrouvez d’autres affaires énigmatiques sur le blog d’Enquêtes & énigmes.

Pour aller plus loin

  • Christian Bernadac, La femme nue des Pyrénées, éditions France-Empire, 1995.*
  • René-Jean Pagès, La folle des Pyrénées, éditions Empreinte, 2013.
  • Voir également le roman de Charles Doris, Vie et fin déplorable de Mme de Budoy, trouvée, en janvier 1814, entièrement nue et vivante sur les hautes montagnes du canton de Vicdessos…, Paris, 1817 (disponible sur Gallica).

Articles récents

* Enquêtes & énigmes est partenaire de Cultura.

Commentaires fermés.