Ecrire le mot « hiéroglyphe », un casse-tête ? Sur l’étymologie du terme

Sur l'origine et la signification du mot hiéroglyphe.
Dessins reproduisant des hiéroglyphes égyptiens.

Petite analyse du mot hiéroglyphe, dont l’orthographe peut donner du fil à retordre. Que signifie-t-il et quelle est son origine ?

Hierogliphe, hyérogliphe, cherchez les erreurs

Écrire le mot hiéroglyphe sur une feuille de papier peut amener à des hésitations : hyeroglyphe, hyerogliphe, ierogliphe, yerogliphe… Sans correcteur d’orthographe, des questions viennent à l’esprit. Combien y-a-t-il de « y » et de « i » ? Où placer ces voyelles ? Est-ce qu’il faut un « h » au début de ce mot ?

Pour ne plus faire d’erreur, il faut revenir à l’origine du terme.

Que signifie le mot hiéroglyphe ?

Selon le CNRTL, le terme hiéroglyphe se définit comme un :

« Caractère sacré de l’écriture égyptienne antique, à valeur figurative, idéographique ou phonétique ».

CNRTL, « hiéroglyphe ».

En littérature, le terme est utilisé au pluriel pour désigner une « chose obscure, énigmatique ». Il se rapporte à des inscriptions, des écrits, difficiles à déchiffrer. Par ailleurs, le mot hiéroglyphe s’emploie aussi pour d’autres civilisations.

Des hiéroglyphes louvites.
Hiéroglyphes louvites (néo-hittites), British Museum 1879,0819.1, BM 125002, photo par Zythème – CC0.

Quelle est l’étymologie de ce mot et pourquoi est-il compliqué à écrire ?

Hiéroglyphe, c’est du grec

Le terme hiéroglyphe est un dérivé du grec ancien ἱερογλυφικός (hieroglyphikós) « hiéroglyphique ». Dans ἱερογλυφικός, il y a ἱερός (hierós), « sacré » et le verbe γλύφω (glúphô), « graver ». Les auteurs grecs anciens désignaient l’écriture égyptienne comme ἱερογλυφικὰ γράμματα, qui peut se traduire littéralement par « caractères sacrés gravés ».

Hiéroglyphe s’écrit avec un h car en grec, l’esprit rude (῾)  indique un son h avant une voyelle, donc ἱ = hi. En français, il faut un accent aigu sur le e car la lettre grecque ε = é. On n’écrit pas hiéroglyfe car en grec ancien φ = ph.

L’écriture des Egyptiens selon les auteurs grecs de l’Antiquité

Au Ve siècle avant notre ère, Hérodote (Euterpe, Livre II, 36 et 106) signale que les Égyptiens ont des lettres (γράμμασι), sacrées (ἱρὰ) et populaires (δημοτικὰ). Il évoque aussi des caractères égyptiens (γραμμάτων Αἰγυπτίων).

Toutefois, c’est l’auteur grec Diodore de Sicile qui, au Ier siècle avant notre ère, signale les ἱερογλυφικῶν des Égyptiens. Il s’agirait de la première mention du terme dans la littérature grecque ancienne.

« Afin de ne rien omettre de ce qui peut intéresser l’histoire ancienne, disons maintenant un mot des caractères éthiopiens, appelés hiéroglyphiques par les Égyptiens. »

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Livre III, traduction Ferdinand Hoefer.

Envie d’en savoir plus sur la manière de lire les hiéroglyphes ? Apprenez en résolvant des énigmes sur Abomination au temple de Ptah. Vous pouvez également consulter nos articles de blog traitant de la filiation ou encore de la nourriture en Égypte antique.

Pour aller plus loin

Articles récents

* Enquêtes & énigmes est partenaire de Cultura.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

Commentaires fermés.